Qu’il soit détruit | extraits

 

IV

 

Flûte joue de l’homme, allez
Invisible matière d’homme
Joue de l’homme invisible, allez
Resurgis des gouffres, des hauts fonds
Du volcan mangeur d’hommes

Allez, sois ce banc malcommode
D’alevins vaisseaux phosphènes
Façonnant tumulus
D’immenses amputés
spongieux
coupants

Fruits défaits
De la foudre et du souffle

Émois dans du mou d’homme
Étant forgés
Par la soif
Et par la foi
Par ces cognées serrant les pores
Frappant les crânes en sang
Comme des fûts
Remplis de pierre et de cristal
Dont les morceaux
Qui la voix qui la bouche
Reviendront debout
Rampant, volant
Se tenant par la main se traînant par les pieds
Pour les vendanges
Et le banquet sous les scialytiques.