Essaim | extraits

 

 

I

 

Essaim fait ses bagages, Essaim fait ses adieux
Il regarde l’horloge au bout du quai.
Essaim s’en va, tente à nouveau sa chance,
Va tracer son sillon sur le blanc de la page à jamais tournée.
Essaim va voir sous d’autres plafonds, sur d’autres planchers,
S’il y fait bon taquiner la gueuse Muse.
Essaim n’a pas de mots assez durs pour le recueil qui l’a précédé.

Voilà ce banni qui joue les émancipés.