Tétralogie | Art po

 

J’ai fait 4 volumes du Güero, je récidive avec Les Futurs. Pourquoi tant de haine ? Je veux dire, pourquoi un tel amour de la tétralogie ? Je sais, on peut toujours mieux faire : altius, fortius et compagnie. Un Balzac vous aurait torché ça en trois jours. Mais bon, à mon échelle la tétralogie est ce qu’il y a de plus grand. Lire la suite

Sur Délivre | Art po

 

Délivre, c’est un nouveau format, et c’est aussi un nouveau rythme de travail : chaque poème, à condition bien sûr d’avoir un peu de marge, peut se faire pendant une traduction, entre deux, puisque ça ne me vient pas par séries, et que d’ailleurs ça n’a pas à le faire, au contraire d’Essaim. Lire la suite

Le Stylite flou | Art po

 

Un poète est un stylite invisible. Il est dans le monde, il affiche ses souffrances et sa félicité, mais personne ne le voit (presque personne). Un héroïsme même pas exemplaire, sans descendance possible (presque impossible). Seul devant Dieu et cent lecteurs, s’il existent. Je ne témoigne pas, je n’ouvre vers aucun monde. Enfin, il y a un monde mais rien ni personne n’y conduit. Lire la suite